Contacts
Débats

MEDITO® télétransmission


CONTACT richard.wild@medito.com - PROPOSITIONS

Circuit 3

Actualités

Médecine

Dossiers

Médecines

Informatique

Politique

Contacts

Confidences

Page 1

Editorial

Résumés actualités



TRANSMISSION D’INFORMATIONS MEDICALES INFORMATISEES AVEC UN MICRO-ORDINATEUR : petite introduction.
1) types de données :
2) modalités de transmission:
3) Cryptage et sécurisation:
4) Instabilité du système:
5) En résumé :
6) Cahier des charges minimaliste :
7) Cahier des charges maximaliste :
intégrant également le patient !
Suite...
 Autres circuits

 

Les premières critiques nous stimulent. Continuez à nous écrire.

MEDITO.

TRANSMISSIONS DE FICHIERS INFORMATIQUES MEDICAUX AVEC UN MICRO-ORDINATEUR.

1) types de données :

Les différents types d’information transitent sous la forme de fichiers informatiques.

Ils sont lisibles soit sous PC soit sous MAC.

a) Soit les données sont réduites à leur plus simple expression, en général du texte pur non structuré: Elles peuvent être lues par n'importe quel éditeur de texte. Ces données libres obligent à un travail de récupération.

b) Soit les données sont présentées selon un certain format convenu à l'avance. Grâce à ce format, elles peuvent enrichir directement une base de données, un logiciel médical... sans effort et sans faute.

Différents formats existent certains sont ouverts et disponibles à tous, d’autres sont propriétaires.

2) modalités de transmission:

Plusieurs modalités de transmissions existent:

1) Emission et récupération des données sur différents supports de stockage (disquettes...). la préhistoire.

2) Emission et récupération des données par MODEM et réseau téléphonique standard ou des réseaux plus évolués.

3) Cryptage et sécurisation:

En dehors des règles classiques régissant les fichiers informatiques nominatifs et des règles du secret médical, se posent la question du cryptage et de la sécurisation des données transmises par le réseau téléphonique.

Si personne ne s'offusque que l'on puisse entre praticiens s'échanger des informations 'vocales' par téléphone, il n'en est pas de même pour les données informatiques qui suivent pourtant alors les mêmes voies. A cela des raisons simples:

a) possibilité pour une personne externe de se brancher sur le réseau et d'essayer de pirater les données.

b) risque d'envoyer des données dans la nature (incertitude sur le destinataire)

c) risque de recevoir de fausses informations (incertitude sur l'émetteur)

d) responsabilités et signatures

A noter que plusieurs pays ont déjà résolus ces questions et qu'en FRANCE pour des raisons obscures le cryptage et la signature électronique font l'objet de discussions autant passionnées que stériles.

Les données doivent donc être cryptées selon un mode ouvert, reconnu et efficace. Plusieurs protocoles existent et ils sont l'objets d'importants enjeux.

4) Instabilité du système:

La micro informatique ne connaît selon la boutade que 3 règles : sauvegarder, sauvegarder et sauvegarder.

Ce point illustre le problème majeur de la production, de l'émission et de la récupération de ces données médicales précieuses et sensibles.

Comment confier à des systèmes aussi instables ces trésors. Qui va garantir la viabilité du système? A quel prix?

5) En résumé : Les données doivent donc être formatées. Il faut un minimum de cohérence. Il est très important de connaître l'ordre des données dans un fichier (ex: le nom du patient doit il être en premier, quelle est sa longueur maximale...)

Le choix du système d'exploitation DOS, WINDOWS, MAC os et autres n'est plus à présent d'une aussi grande importance. Les systèmes communiquent sans difficultés.

Les données doivent être cryptées et sécurisées.

Une réserve majeure : en pratique la mise en route d'un système global d'information sur micro est périlleux.

6) Cahier des charges minimaliste :

Tous ces éléments mènent à un système d'information, de recueil et de transmission minimal. les points de convergence aboutissent au PPDC. Mais d'autres systèmes ambitieux, moins ouverts pourront également être envisagés (ex: transmissions d'images en plus...)

7) Cahier des charges maximaliste :

A partir du moment où l'on se met à archiver des données médicales, on se pose immanquablement la question de la structure du dossier médical. Le sujet s'ouvre encore. Le dossier médical et son exploitation peuvent mener au codage des pathologies. La gestion du cabinet médical n'est pas loin et le codage des actes. L'épidémiologie en découle naturellement mais aussi nos rapports avec les caisses. Alors pourquoi ne pas envisager le système d'information médical dans sa globalité. En y intégrant également le patient !

A ce niveau la philosophie, l'économie et la politique s'en mêlent inévitablement.

 

 

 

 



vous souhaiteriez également présenter des textes d'actualité ou des liens.
 

- Un seul clic sur Envoi, et votre message nous parviendra immédiatement.
CONTACT

Actualités

Médecine

Dossiers

Médecines

Informatique

Politique

Contacts

Confidences

Page 1

Editorial

Résumés actualités


Pour mieux connaître MEDITO ® réflexion médicale en réseau,
Cliquez à votre convenance sur les chapitres soulignés.

La philosophie de médito en long et en large.
MEDITO ® réflexion médicale en réseau

Recherches

Retour début de page

richard.wild@medito.com

[voir conditions/cnil]